Tout l'immobilier à Bry sur Marne
4 Oct

Le point sur la hausse des refus de prêt pour une maison en vente à Bry-sur-Marne !

Vous cherchez à acheter une maison à Bry-sur-Marne ? Il s’agit d’un premier achat ? Sachez que la hausse actuelle des refus de prêt touche principalement les primo-accédants et ceux qui ne disposent pas d’apport suffisant !

Si le niveau des taux est très attractif, le frein principal aujourd’hui est le taux d’endettement qui ne doit pas dépasser 33 % de revenus, y compris pour les bons profils… Résultat, certains emprunteurs, voulant notamment acheter dans les grandes villes, mais pas seulement, voient leur crédit refusé s’ils n’ont pas un apport suffisant leur permettant de compléter leur crédit pour acheter la surface nécessaire pour y vivre sans faire exploser leur taux d’endettement ni la durée du crédit.

Sous l’effet de la stricte application des recommandations du Haut conseil de stabilité financière, mais aussi des craintes de récession économique, les banques se montrent plus prudentes, ce qui entraîne une hausse des refus de prêt. Ainsi à fin août, la part des dossiers refusés en 2020 atteint 10,7 %, contre 9,8 % à fin juin et 6,6 % à fin mai. En 2019, ce chiffre était de 5,5 %.

« Si le marché immobilier a montré des signes de reprise inattendus au sortir du confinement, le durcissement des conditions d’octroi et la hausse des refus de prêts que nous constatons nous conduisent à penser que la reprise du marché ne pourra être solide et durable que si les recommandations du HCSF sont assouplies, au moins temporairement. Leur maintien en l’état contraint les banques à refuser des crédits à des acheteurs potentiels dont le reste à vivre suffisant permettrait de rembourser une mensualité sans risque… », explique Julie Bachet, directrice de Vousfinancer.

Heureusement, certaines banques acceptent encore de financer au cas par cas des emprunteurs à 35 % voire 38 % d’endettement, si leur situation professionnelle est stable, le saut de charge (différence entre le loyer et la mensualité de crédit) faible, et le reste à vivre suffisant, mais elles sont trop peu nombreuses…

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée